7 juin – RIze Villeurbanne : LA FABRIQUE DU TEMOIGNAGE ORAL

LA FABRIQUE DU TEMOIGNAGE ORAL :
PRODUCTION, MISE EN SCÈNE ET CONSERVATION

Journée d’étude organisée par
Le CMTRA – Le réseau MémorhaLe Rize – la DRAC Auvergne Rhône-AlpesMERCREDI 7 JUIN 2017 – LE RIZE – VILLEURBANNE

Cette journée interprofessionnelle a pour objectif de rassembler des chercheurs en sciences sociales et des acteurs culturels et patrimoniaux, autour de la production et des usages différenciés du témoignage oral selon les contextes historiques, géographiques et sociaux, et les champs disciplinaires et professionnels. Elle est le fruit d’une réflexion commune menée depuis plusieurs mois par différents chercheurs mais aussi des réseaux et institutions culturelles et patrimoniales, en particulier Memorha, Le Rize, le Centre des Musiques Traditionnelles de Rhône-Alpes et le service ethnologie de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

Le terme de témoignage oral ne recouvre ni les mêmes valeurs ni les mêmes usages selon qu’il est appréhendé par un juriste, un historien, un ethnologue, un ethnomusicologue ou un acteur du monde patrimonial. Deux principales filiations peuvent être identifiées : la volonté de conserver des traces orales d’un monde rural en profonde mutation et l’impératif moral du souvenir de la Shoah. Appelé à énoncer et à transmettre son expérience d’un événement exceptionnel, traumatique ou non, au lendemain d’une révolution, d’une guerre, d’un génocide, etc., le « grand » témoin – porte-parole de la vérité – doit-il être distingué du « témoin ordinaire » tel qu’il apparaît dans les années 1970 au sein du mouvement de l’histoire orale aux Etats-Unis puis en France ? De même, si les tenants de l’histoire orale partagent avec les ethnologues de la première moitié du XXe siècle la volonté de donner la parole aux « oubliés » de l’histoire officielle, les valeurs associées à ces sources ainsi que leurs usages diffèrent sensiblement.

Aujourd’hui, la multiplication de projets mémoriels développés au sein d’associations d’histoire locale ou régionale, de comités d’entreprises, de collectifs d’habitants, de représentants de groupe sociaux minorés (immigré.e.s, agriculteur-trices, ouvrier-ères) d’anciens combattants ou encore dans le milieu scolaire, pose la question des acceptations contemporaines de la notion de témoignage, mais aussi de la nature plurielle des attentes sociales, politiques et scientifiques qui y sont associées.

PROGRAMME

9h15 : Accueil dans la cafétéria du Rize

9h45 : Introduction
Vincent Veschambre (Le Rize) – Laura Jouve-Villard (CMTRA) – Olivier Vallade (réseau Memorha) – Marina Chauliac (DRAC Auvergne Rhône-Alpes)

10h-12h30 : Table-ronde avec

  • Sébastien Ledoux (Historien – Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle – Paris I – Sciences-Po Paris)
  • Le témoin et l’historien : le procès Barbie, trente ans plus tard
  • Christophe Ruhles (Directeur artistique du GdRA – Groupe de Recherche Artistique)
    Pour un théâtre de la Personne : témoignages et formats de singularités
  • Claire Scopsi (Maître de conférences – Laboratoire Dicen-IDF, CNAM Paris)
    Sources, medium et indices : trois postures dans la méthodologie des collectes

12h30 – 14h : Déjeuner
Participation de 8 euros pour déjeuner sur place
INSCRIPTION EN LIGNE SUR CE LIEN au plus tard le vendredi 2 Juin

14h – 16h : Partage d’expériences et discussions collectives
Trois ateliers simultanés au choix

  • 1.Les protagonistes : témoins et entrepreneurs de mémoire
    La multiplication des acteurs œuvrant au recueil de témoignages, la diversité des manières de témoigner (récits de vie, création artistique, atelier d’écriture expérimentale…) amènent à questionner le processus de construction du témoignage, du choix du témoin à l’usage du témoignage en passant par la rencontre entre le témoin et son interlocuteur. Tout le monde peut-il être témoin ? Certains témoins sont-ils devenus des icônes ? Le témoin dit-il toujours la vérité ? Dans quelle mesure peut-on parler de l’instrumentalisation du témoignage ?
    Avec la participation de : Yaël Epstein (CMTRA), Jorge Santiago (Univ.Lyon II / CREA)
    , Géraldine Huet (Le Rize), Caroline Darroux (MPO Bourgogne)

    Animation : Marina Chauliac (DRAC Auvergne Rhône-Alpes)
  • 2. Le témoignage, outil de médiation
    Le recours au témoignage qui vient illustrer, documenter, donne chair aux expositions semble aller de soi aujourd’hui. Il est en outre souvent mobilisé pour établir un autre lien avec le public visé, participer au décloisonnement des espaces culturels et sociaux. Dès lors, quels sont les statuts et les rôles des témoignages oraux ? Quels sont les usages des témoignages dans l’écriture scientifique? Par quel filtre passe la parole pour devenir objet d’exposition ? Quels en sont les effets implicites et les effets induits voulus ou parfois non maîtrisés par les organisateurs ?
    Avec la participation de Raphaël Cordray (Microphone), Béatrice Dubell (Atelier Grand Ensemble), Sylvain Bolle-Rédat (Théâtre du Grabuge), Géraldine Zamant (Le Rize)
    Animation : Philippe Hanus (réseau Traces / réseau Memorha)
  • 3. La conservation et la patrimonialisation du témoignage
    Nous sommes aujourd’hui confrontés à de nouveaux enjeux autour de la numérisation, des supports de conservation mais aussi de diffusion des témoignages. Faut-il tout garder ? Le témoignage est-il archive ou objet de collection ? Quel est l’impact de l’accès aux témoignages à tous via Internet, notamment en termes de préservation de l’anonymat ou de personnalisation des témoins ?
    Avec la participation de : Isabelle Doré-Rivé  (CHRD Lyon), Florence Saint-Cyr (Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de l’Ain), Florence Bernigaud (Association des Archivistes Français – sous réserve), Laura Jouve-Villard (CMTRA), Mikaël O’Sullivan (MPO Bourgogne)
  • Animation : Vincent Veschambre ( Le Rize)

16h – 17h30 : Mises en perspectives

Retour sur les prises de parole de la table-ronde du matin et des trois ateliers de l’après-midi, et échange avec l’ensemble des participants.
Avec : Noël Barbe (CNRS – Ministère de la Culture), Olivier Chavanon (Univ.Savoie Mont-Blanc) , François Portet (ethnologue – Réseau Memorha)

 

Inscription obligatoire (limitation du nombre de participants à 60 personnes) sur ce
FORMULAIRE EN LIGNE

Contact : laura.jouve-villard@cmtra.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *