Les trois états de la mémoire : la source, le medium et l’index.

Introduction de Claire Scopsi au séminaire fab’mem du 31 mai 2017 avec Marina Chauliac

Voici maintenant  deux ans que nous menons ces séances de séminaire (si je ne me trompe pas, nous avons assuré 8 séances + une Journée d’étude) et j’en profite pour vous annoncer le 21 septmebre 2017 une journée consacrée aux plateformes de valorisation des mémoires, avec des chercheurs du CHORN (de Montreal). ; Ce séminaire se déroule sur un modèle qui m’est cher puisqu’il mêle les expériences professionnelles et les retours de travaux de chercheurs.

De ce point de vue Marina Chauliac est « tout en un », puisqu’elle cumule ces deux expertises en tant que , Ingénieure de recherche au Centre Edgar Morin, tout en étant proche des terrains en tant Conseillère pour l’ethnologie – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes ce qui lui confère une légitimité certaine pour aborder la question des acteurs territoriaux

Je voudrais introduire rapidement cette séance avec une réflexion qui me vient de ce séminaire et des projets qui y ont été évoqués . Selon moi on peut distinguer les différentes collectes que nous avons évoquées, et qui peuvent être réalisées dans des contextes différents (entreprises, centres d’archives, familles, associations…), selon la posture des collecteurs.

En premier lieu je distinguerai les collectes de mémoires en tant que sources, je veux dire sources pour l’histoire, constituées pour servir de support aux travaux des scientifiques, et qui peuvent être des corpus, collectés par les scientifiques pour répondre à une question spécifique. Mais elles peuvent être aussi des fonds d’archives, centrés sur une question moins précise, mais préservées pour être utilisables par les historiens. Elles relèvent toutes deux de la diplomatique, de la science de l’intégrité, de la fiabilité de la preuve documentaire. C’est pourquoi elles restent l’apanage de professionnels formés à la méthode d’évaluation des sources : la diplomatique. Les historiens et les archivistes sont ces professionnels.

 Ensuite, je distingue les collectes de mémoire en tant que medium dont la valeur réside dans la nature langagière et narrative des mémoires et dans leur propriété perlocutoire. La perlocution (selon John Austin) est une des formes de la performativité de l’acte langagier, qui renvoie à sa propriété d’obtenir un effet particulier sur l’allocutaire .

Les mémoires –medium,  sont celles qui explicitement visent à agir sur le réel et à’ « ajuster les choses aux mots ». Il s’agit de donner une existence à un groupe, ou de renforcer son identité, de le faire naitre au monde par des énonciations qui font revivre son passé, et permettent de le nommer et de le distinguer. Leur finalité première réside dans la relation de médiation qu’elles entretiennent avec un auditoire.  Elles s’appuient sur la rhétorique des récits, et sur l’affectivité qui se dégage du récit et du narrateur C’est pourquoi, ce type de mémoire nous intéresse particulièrement dans la question des témoignages oraux. Parmi les mémoires medium, il y a les mémoires nationales, composantes de l’imaginaire national, les célébrations qui renforcent l’identité d’un peuple, mais aussi (Gellereau) les témoignages filmés disséminés dans un parcours muséal, qui vont jouer le rôle du médiateur pour créer ou renforcer un sentiment d’empathie. Les mémoires des communautés immigrées, des groupes militants (bobines féministes), les mémoires constituées « par le bas » par ceux qui veulent « publier » leur identité commune, relèvent également de cette catégorie.

Et enfin, ce que j’appelle les mémoires index qui ne s’attachent pas absolument à l’authenticité des faits relatés comme les mémoires-sources, et ne recherchent pas particulièrement à obtenir un effet sur un  public ou à modifier son point de vue,  comme les mémoires-medium, mais prennent les manifestations mémorielles comme la trace persistante des modes de penser successifs qui les ont élaborées, et que l’on peut reconstruire par l’analyse.  Elles ont bien la propriété d’un index, au sens documentaire du terme, dont les items ( les traces) renvoient à un fait, un savoir, un objet du passé). Elles prennent des formes diverses qui ne sont jamais réunies sous la même catégorie. Ce sont  les matériaux collectés par les historiens de la micro histoire (Ginzburg) ou de l’histoire des mentalités : récits, contes, chants, musiques etc., traces que l’historien va utiliser pour retrouver la direction d’un objet révolu. Mais c’est aussi le modèle, plus instinctif, qui sous-tend les collectes que j’appelle « de sauvegarde » et qui s’auto-justifient par la phrase : « il ne faut pas que « ça » se perde ». Relèvent de ces catégories, les enregistrements de personnes âgées dans les EPAD  ou dans les familles, des salariés retraités dans les entreprises etc. c’est la construction de ces index qui permettront un jour de remonter à la source.

Bien sûr ces trois modèles : la source, le medium et l’index, ne sont pas exclusifs. Il ya des trois dans des proportions diverses dans tous les projets de collecte ; il me semble que tout particulièrement les collectes orales auprès des immigrés relèvent de ces trois logiques. : collecter des sources pour l’histoire auprès de populations qui produisent peu d’actes écrits, fabriquer une certaine forme de communauté, de citoyenneté, sauvegarder la culture et les usages, forcément transitoires et fragiles de la culture de la migration.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *