Les trois états de la mémoire : la source, le medium et l’index.

Introduction de Claire Scopsi au séminaire fab’mem du 31 mai 2017 avec Marina Chauliac

Voici maintenant  deux ans que nous menons ces séances de séminaire (si je ne me trompe pas, nous avons assuré 8 séances + une Journée d’étude) et j’en profite pour vous annoncer le 21 septmebre 2017 une journée consacrée aux plateformes de valorisation des mémoires, avec des chercheurs du CHORN (de Montreal). ; Ce séminaire se déroule sur un modèle qui m’est cher puisqu’il mêle les expériences professionnelles et les retours de travaux de chercheurs.

De ce point de vue Marina Chauliac est « tout en un », puisqu’elle cumule ces deux expertises en tant que , Ingénieure de recherche au Centre Edgar Morin, tout en étant proche des terrains en tant Conseillère pour l’ethnologie – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes ce qui lui confère une légitimité certaine pour aborder la question des acteurs territoriaux

Je voudrais introduire rapidement cette séance avec une réflexion qui me vient de ce séminaire et des projets qui y ont été évoqués . Selon moi on peut distinguer les différentes collectes que nous avons évoquées, et qui peuvent être réalisées dans des contextes différents (entreprises, centres d’archives, familles, associations…), selon la posture des collecteurs.

En premier lieu je distinguerai les collectes de mémoires en tant que sources, je veux dire sources pour l’histoire, constituées pour servir de support aux travaux des scientifiques, et qui peuvent être des corpus, collectés par les scientifiques pour répondre à une question spécifique. Mais elles peuvent être aussi des fonds d’archives, centrés sur une question moins précise, mais préservées pour être utilisables par les historiens. Elles relèvent toutes deux de la diplomatique, de la science de l’intégrité, de la fiabilité de la preuve documentaire. C’est pourquoi elles restent l’apanage de professionnels formés à la méthode d’évaluation des sources : la diplomatique. Les historiens et les archivistes sont ces professionnels.

 Ensuite, je distingue les collectes de mémoire en tant que medium dont la valeur réside dans la nature langagière et narrative des mémoires et dans leur propriété perlocutoire. La perlocution (selon John Austin) est une des formes de la performativité de l’acte langagier, qui renvoie à sa propriété d’obtenir un effet particulier sur l’allocutaire .

Les mémoires –medium,  sont celles qui explicitement visent à agir sur le réel et à’ « ajuster les choses aux mots ». Il s’agit de donner une existence à un groupe, ou de renforcer son identité, de le faire naitre au monde par des énonciations qui font revivre son passé, et permettent de le nommer et de le distinguer. Leur finalité première réside dans la relation de médiation qu’elles entretiennent avec un auditoire.  Elles s’appuient sur la rhétorique des récits, et sur l’affectivité qui se dégage du récit et du narrateur C’est pourquoi, ce type de mémoire nous intéresse particulièrement dans la question des témoignages oraux. Parmi les mémoires medium, il y a les mémoires nationales, composantes de l’imaginaire national, les célébrations qui renforcent l’identité d’un peuple, mais aussi (Gellereau) les témoignages filmés disséminés dans un parcours muséal, qui vont jouer le rôle du médiateur pour créer ou renforcer un sentiment d’empathie. Les mémoires des communautés immigrées, des groupes militants (bobines féministes), les mémoires constituées « par le bas » par ceux qui veulent « publier » leur identité commune, relèvent également de cette catégorie.

Et enfin, ce que j’appelle les mémoires index qui ne s’attachent pas absolument à l’authenticité des faits relatés comme les mémoires-sources, et ne recherchent pas particulièrement à obtenir un effet sur un  public ou à modifier son point de vue,  comme les mémoires-medium, mais prennent les manifestations mémorielles comme la trace persistante des modes de penser successifs qui les ont élaborées, et que l’on peut reconstruire par l’analyse.  Elles ont bien la propriété d’un index, au sens documentaire du terme, dont les items ( les traces) renvoient à un fait, un savoir, un objet du passé). Elles prennent des formes diverses qui ne sont jamais réunies sous la même catégorie. Ce sont  les matériaux collectés par les historiens de la micro histoire (Ginzburg) ou de l’histoire des mentalités : récits, contes, chants, musiques etc., traces que l’historien va utiliser pour retrouver la direction d’un objet révolu. Mais c’est aussi le modèle, plus instinctif, qui sous-tend les collectes que j’appelle « de sauvegarde » et qui s’auto-justifient par la phrase : « il ne faut pas que « ça » se perde ». Relèvent de ces catégories, les enregistrements de personnes âgées dans les EPAD  ou dans les familles, des salariés retraités dans les entreprises etc. c’est la construction de ces index qui permettront un jour de remonter à la source.

Bien sûr ces trois modèles : la source, le medium et l’index, ne sont pas exclusifs. Il ya des trois dans des proportions diverses dans tous les projets de collecte ; il me semble que tout particulièrement les collectes orales auprès des immigrés relèvent de ces trois logiques. : collecter des sources pour l’histoire auprès de populations qui produisent peu d’actes écrits, fabriquer une certaine forme de communauté, de citoyenneté, sauvegarder la culture et les usages, forcément transitoires et fragiles de la culture de la migration.

Séminaire fab’mem 31 mai 2017, avec Marina Chauliac : « témoignages et construction mémorielle de l’immigration à l’échelle municipale »

Séminaire Fab’mem enregistré le  mercredi 31 mai 2017,Au Conservatoire des Arts et Métiers

 Invitée : Marina Chauliac Conseillère pour l’ethnologie – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, Ingénieure de recherche au Centre Edgar Morin

« Témoignages et construction mémorielle de l’immigration à l’échelle municipale »

Cette intervention aborde la question d’une commande politique de construction mémorielle et sa traduction concrète par un établissement culturel municipal de Villeurbanne, le Rize. A la fois centre d’archives, médiathèque, lieu d’exposition et d’animation culturelle, le Rize est né de la volonté du maire de Villeurbanne de fabriquer un récit commun aux Villeurbannais mettant en avant leurs origines ouvrières et immigrées. Afin de répondre à cette attente, l’équipe du Rize s’est engagée dans une « collecte de mémoires », destinée notamment à la constitution d’archives orales. Regarder la manière dont cette « collecte » a été faite en ce qui concerne la thématique migratoire, nous amènera à interroger la production des témoignages ainsi que les usages qui en sont faits par l’institution et, au final, ses éventuels effets « patrimonialisateurs ».

Enregistrement de l’intervention de Marina Chauliac

Enregistremnet de la discussion

Votez pour le projet Passerelle mémoire des anciens, « NOMINE » dans la catégorie Meilleure initiative intergénérationelle au trophée de la silver eco 2017

Nominé dans la catégoire Intergénérationnel - Solution Silver Eco 2017

 

Sur une excellente idée et beaucoup de savoir-faire audiovisuel du réalisateur Pierre Goupillon, le projet Passerelle de mémoire (presque homonyme de Passerelle de mémoires, mais différent) a mûri dans les coulisses du séminaire fab’mem.

 

Il s’agit de sauvegarder par le récit filmé la mémoire de nos anciens :

-par une animation intergénérationnelle dans les EHPAD et maisons de retraite auprès des résidents, à l’aide de studios volants permettant d’enregistrer les témoignages
-en assemblant ces récoltes de récits sur une plateforme numérique, pour permettre un accès croisé par thématique.

Une première animation réalisée par Enso production avec la collaboration de fab’mem été réalisée au Mans en septembre 2016. Le projet vient d’être nominée dans la catégorie Intergénérationnel des trophées Silver Eco 2017.

Pour soutenir le projet , votez pour Enso productions ici : http://www.silvernight.fr/votez-pour-votre-candidat/

Bande annonce Passerelle de mémoire from passerelle demémoire on Vimeo.

Quelques mots sur l’opération du Mans :

La première fonction de ces ateliers de collectes audiovisuelles est d’assurer une animation auprès des résidents, de leur manifester de l’intérêt et du respect et de les rendre acteurs du dispositif de collecte. Les témoins du Mans ont montré leur capacité à s’approprier le dispositif. Le projet a permis par ailleurs au réalisateur Pierre Goupillon, de mettre au point et valider le questionnaire-guide d’entretiens, le dispositif technique et humain de tournage et le format de narration des films réalisés. L’ensemble a fonctionné et peut donc servir de modèle pour d’autres opérations.
Le résultat est  un album de ce que les témoins décident de laisser d’eux-mêmes. Pour autant, il ne s’agit pas de mémoires objectives et convenues sans intérêt historique et il arrive parfois que les films ou photos de familles illustrent avec pertinence les événements sociaux ou historiques. Certains témoins ont abordé avec beaucoup de sincérité la sexualité, la contraception, leur foi, tout en maintenant la barrière de l’intimité. La plupart ont livré des souvenirs précis, des détails sur des moments de la vie locale, des épisodes de la seconde guerre mondiale, la vie quotidienne, les loisirs.

Si elles n’apportent pas d’éléments inattendus sur le passé, ces anecdotes de vie on l’avantage d’être incarnées, livrées avec les mots, la voix, et le visage de ceux qui les ont vécus. Ces micro histoires ont une autre particularité : les témoins n’ont pas été sélectionnés par un historien pour parler de thèmes convenus au préalable et qui relèvent souvent, en histoire orale, d’une tradition militante et sociale. Des points de vue qui ne sont traditionnellement pas sollicités pour raconter l’histoire populaire ont ainsi été recueillis : une commerçante a expliqué comment son métier lui a permis d’être, bien avant le féminisme, autonome et libre de ses choix, un ouvrier militant engagé d’un parti de droite, a livré sa vision des événements de 68 et du syndicalisme, une dame issue de la bourgeoisie industrielle du Pas-de-Calais s’est remémoré l’exode et son retour dans la maison familiale occupée par les soldats, un ouvrier a raconté sa période de STO. Des visions peut être moins héroïques, plus banales que celles que l’histoire nationale a conservée, mais tout aussi constitutives de la mémoire collective.
Les suites à donner peuvent être multiples et suite au visionnage, plusieurs suggestions ont été formulées :

– Développer cette activité d’animation dans les Ehpad sous forme de tournages/diffusions

– Utiliser les films (avec l’autorisation des témoins) comme supports d’animation d’ateliers mémoriels.

– Utiliser les films comme supports d’animation d’ateliers intergénérationnels (certains récits de la vie d’autrefois sont tout à fait intéressants pour une activité pédagogique avec un jeune public).

– Lancer un projet d’évaluation de l’effet de l’opération sur le bien être et la santé du résident.

– Ouvrir le visionnage à un public extérieur, éventuellement en association avec la municipalité et les archives municipales.

* * *
Je remercie chaleureusement le personnel et l’équipe de direction de l’établissement Korian Bollée-Chanzy dont l’investissement et les conseils ont permis la réalisation de ce projet, et bien sûr les résidents pour la gentillesse de leur accueil et leur disponibilité, et je voudrais clore ce bilan par un échange entendu à la fin de la séance de visionnage :
M. (animatrice) : Finalement c’est simple, c’est tout simple, ils ont tellement envie de parler.
M.(témoin) : Non ce n’est pas une envie, c’est un besoin.

Lancement du développement de la plateforme « Passerelle de Mémoires »

Alors que le montage des ressources vidéos  bat son plein, c’est la société Fractal Box http://www.fractalbox.fr/ qui est en charge du développement de la plateforme « Passerelle de Mémoires ».

Sont prévus 3 accès :

  •  l’accès au ressources pédagogiques filmées
  • la saisie en ligne et la consultation des projets de mémoires en cours ou terminés
  • un forum d’annonces

Voici un premier aperçu_ de l' »univers graphique » de Passerelle de Mémoires :

La page d’accueil :

projet graphique de la page d'accueil

projet graphique de la page d’accueil

La version smartphone

Projet graphique de la version pour smartphone

Projet graphique de la version pour smartphone

La consultation des projets

projet graphique de l'accès à la consultation des projets

projet graphique de l’accès à la consultation des projets

 

Rendez-vous en avril pour la présentation de la version Beta.

Séminaire Fab’mem 15 novembre, les archives sonores à l’heure des digital humanities».

Logo Dicen-idf               Logo Cnam

Le Dicen-idf  Cnam Paris (EA 7339) a le plaisir de vous annoncer la reprise en 2016-2017 du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem) consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.

1ère séance   : Le mardi 15 novembre 2016,  16h30-18h30

Au Conservatoire des Arts et Métiers, studio de cours 17.1.08  (accès 17, 1e étage)

292 rue Saint – Martin – 75003 Paris, M°Réaumur-Sébastopol

Accès libre, merci de confirmer votre inscription à : claire.scopsi@lecnam.net

 

Invitée : Sabine Loupien (Documentaliste de l’audiovisuel et doctorante en Sciences de l’information et de la communication au Laboratoire Paragraphe de l’Université Paris 8- Vincennes Saint-Denis

« Bibliothéconomie des archives audiovisuelles : les archives sonores à l’heure des digital humanities».

À l’heure de l’expansion des humanités numériques en bibliothèque, les archives sonores inédites qu’il s’agisse de corpus d’ethnomusicologie, de linguistique, d’histoire ou de dialectologie font l’objet de nombreux programmes de conservation et de diffusion. De Telemeta à Gallica en passant par Europeana Sounds et Cocoon, les plateformes de diffusion sont aujourd’hui multiples. Parallèlement, les grandes institutions s’équipent de systèmes d’archives numériques pérennes fondées sur le modèle OAIS comme PAC pour le CINES, ou SPAR pour la BnF. Mais dans le processus de conversion numérique, comment conserver la démarche intellectuelle des collecteurs à l’origine de leur création, comment numériser, pérenniser, mutualiser et transmettre les archives sonores inédites tout en conservant la spécificité de chaque fonds, de chaque pièce ? En s’appuyant sur l’exemple de fonds pluri media anciens, Sabine Loupien propose des méthodes d’analyse et de représentation graphique des structures logiques des fonds patrimoniaux permettant la construction d’arborescences pour l’encodage et le versement dans un système d’archivage à long terme.

 

Publication : La médiation des mémoires en ligne. Les Cahiers du Numérique, vol 12/3

couverture du numéro de la revue

http://lcn.revuesonline.com/resnum.jsp?editionId=3147

 LISTE DES ARTICLES POUR LE VOL 12/3 – 2016


•    Introduction  
Rémy BESSON, Claire SCOPSI – pp.9-13

•    Mise en exposition et mobilisation numériques des mémoires des bastides du sud-ouest
Jessica DE BIDERAN, Patrick FRAYSSE – pp.15-29

•    Stimuler la patrimonialisation socio-culturelle par des plateformes du web. Étude de cas du site lyonnais de Montluc
Christine MICHEL, Marie-Thérèse TÉTU, Pierre-Antoine CHAMPIN, Laetitia POT – pp.31-50

•    Enregistrement et diffusion numérique de témoignages. Approche historiographique et exemple en contexte muséal
Alain LAMBOUX-DURAND – pp.51-73

•    Mémoires végétales informatisées. Ou comment les banques d’archives orales en ligne transforment les modalités de la transmission
Maëlle MÉRIAUX – pp.75-91

•    Mémoires d’une culture vidéoludique sur la plateforme YouTube. Expériences de vidéastes amateurs et patrimonialisation du jeu vidéo
Boris URBAS – pp.93-114

•    Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014
Sophie GEBEIL – pp.115-138

•    Archivage de répétitions et médiations du spectable vivant. Le cas du projet spectable en ligne(s)
Joëlle LE MAREC, Nicolas SAURET – pp.139-164

Antonio Canovi : géo-histoire et explorations territoriales.

L’équipe Passerelle/Fab’mem vous souhaite un bon été… et vous propose un cadeau pour patienter jusqu’à la reprise des travaux de rentrée : l’intégralité de l’interview d’Antonio Canovi, géo-historien de l’UniMoRe, créateur des géo-explorations dans les Apennins et dans la région parisienne. Cet entretien figurera dans les « bonus » de la plateforme « Passerelle de Mémoires ».

1 – Les origines de la géo-histoire.

2 – La géo histoire sur le terrain : sur les traces des Italiens à Argenteuil

3- Une approche sensible du territoire

(Entretien mené par Claire Scopsi en Décembre 2015. Réalisation : Maria Chiara Verrigni )

Séminaire fab’mem – séance du 27 mai 2016

Logo Dicen-idf    Logo Cnam

Le Dicen-idf  Cnam Paris (EA 7339) a le plaisir de vous annoncer la 5e séance du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem) consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.

vendredi 27 mai -16h30-18h30 (et pour une fois nous commencerons à l’heure précise !)

Au Conservatoire des Arts et Métiers, salle 33.4.14

2, rue Conté – 75003 Paris M° Arts et Métiers

Accès libre, merci de confirmer votre inscription à : claire.scopsi@lecnam.net

Intervenants : Ioanna Kasapi et Jean Philippe Légois ( Cité des Mémoires étudiantes) Christophe Jacobs et Benjamin Suc (Limonade & Co)

Présentation du portail Studens outil d’aide à la recherche autour des mémoires étudiantes réalisé par l’intégration de Omeka pour la valorisation des données, AtoM pour la description archivistique et Word press.

En 2017, nous espérons consacrer une journée aux dispositifs techniques (logiciels, plateformes, portails) accompagnant le processus de collecte-traitement-valorisation des mémoires. L’évolution de leurs fonctionnalités nous dit beaucoup sur les perspectives de mise en récit, d’ouverture, de partage, de collaboration, de publicisation des mémoires en jeu (si vous souhaitez faire connaitre des dispositifs signalez les moi ).

Le portail Studens :

Le projet de portail www.studens.info est porté par la Cité des mémoires étudiantes et a été réalisé avec l’appui de plusieurs institutions patrimoniales partenaires (publiques et privées), le soutien financier de la région Île-de-France (projet SUSES) et du Service interministériel des Archives de France (ministère de la Culture et de la Communication) et le concours de la TGIR (Très grande infrastructure de recherche) des humanités numériques Huma-Num et de l’agence coopérative Limonade & Co.

Ce portail veut mettre en avant 3 niveaux de pertinence :

–  les documents en eux-mêmes

– les inventaires/ instruments de recherche des fonds d’archives dans lesquels se trouvent ces documents, en XML-EAD.

– un portail/ guide des sources permettant l’interrogation aux deux niveaux précédents de ces inventaires et ressources, mais aussi d’autres inventaires ou ressources étant moissonnables par notre moteur de recherche.

Avec Limonade and Co, la Cité des mémoires étudiantes, qui vise à sauvegarder et valoriser les archives des engagements étudiants, a voulu valoriser particulièrement les témoignages oraux qu’elle recueille à travers une campagne permanente et au gré de différentes campagnes ponctuelles. Cela a même permis l’adaptation de la norme de description archivistique aux documents audiovisuels (ISAD-G/AV).

C’est ce que vous présenteront Christophe Jacobs (Limonade & Co), Ioanna Kasapi ((Cité des mémoires étudiantes) , Jean-Philippe Legois (Cité des mémoires étudiantes/ Université de Reims – Champagne-Ardenne) et Benjamin Suc (Limonade & Co)

Guide de l’entretien Sonore Filmé rédigé par les Archives départementales du Val de Marne

Ce guide a été réalisé par :

Les Archives départementales du Val-de-Marne 10 rue des archives 94000 Créteil
http://archives@valdemarne.fr
Pour toute question : Laurence Bourgade : 01 45 13 80 73
laurence.bourgade@valdemarne.fr

val de marne_guide_entretien_sonore_filme

Séminaire fab’mem 4e séance mardi 26 janvier 2016

4ème séance : le mardi 26 janvier 2016

4ème séances du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem) consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.

Invité : Lénaïk LEYOUDEC (doctorant Cifre, COSTECH) « Assister la mémoire familiale via l’éditorialisation de l’archive ».

En nous présentant son travail de thèse mené au sein de Perfect Memory, LénaÏk Leyoudec, nous invitea à réfléchir aux processus de transmission des contextes d’intelligibilité des films de famille. Au-delà de la transmission des supports et des procédés mis en œuvre pour leur pérénisation, comment s’opère la transmission des informations permettant d’en maintenir le sens ?Des solutions techniques d’enrichissement sémantiques sont-elles mobilisables pour reconstruire ces mémoires familiales ?

Séminaire fab’mem du jeudi 3 décembre 2015 – Les vidéos des interventions

Voici les vidéos des interventions que nous avons eu le plaisir de suivre lors de la 3ème séance du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem), du Dicen-idf Cnam Paris,  consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique. Réalisation des vidéos : Robert Nardone du laboratoire HT2S / Cnam.

Intervention de Jean-Barthélemi Debost (Historien, Directeur réseau et partenariat du Musée national de l’histoire de l’immigration,). « Méthodologies des répertoires de projets de mémoire ».

Précédée d’une introduction de Claire Scopsi (Dicen-IDF Cnam Paris)

suite (1) :

suite (2) :

Séminaire fab’mem – séance de décembre 2015

Logo Dicen-idf                    Logo Cnam

Le Dicen-idf  Cnam Paris (EA 7339) a le plaisir de vous annoncer la 3ème séances du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem) consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.

3ème séance : Le jeudi 3 décembre  2015,  16h30-18h30

Invité : Jean-Barthélemi Debost (Historien, Directeur réseau et partenariat du Musée national de l’histoire de l’immigration,). « Méthodologies des répertoires de projets de mémoire ».

Il n’est pas rare de voir la notion de mémoire associée aux termes « frénésie », « obsession », « explosion » voire »overdose », laissant entendre que notre époque vivrait un excès presque pathologique de retour sur le passé. Mais qu’en est-il réellement ?Si les célébration officielles peuvent être facilement repérées, comment peut-on évaluer le nombre et la nature des projets  mémoriels menés par des associations, des collectifs d’habitants, des institutions locales ?

Jean Barthélémi Debost, auteur d’un Répertoire analytique des actions de terrain travaillant l’histoire et/ou la mémoire de populations et/ou de territoires,  partagera son expérience, ses méthodes et ses réflexions sur l’identification, la description et la catégorisation des projets mémoriels.

 

 

 

Séminaire fabmem du 26 mai 2015 : les vidéos des interventions

Voici les vidéos des interventions que nous avons eu le plaisir de suivre lors de la 1ère séance du  séminaire fabriques de mémoires (fab’mem), lancé par  le Dicen-idf  Cnam Paris, et consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.Nous remercions chaleureusement Robert Nardone membre du laboratoire HT2S du Cnam pour leur réalisation.

L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ?

Intervention de  Rémy Besson, historien, Post-doctorant à LLA-CREATIS, Toulouse 2 – Le Mirail. « Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne. ». Lire la suite