Les trois états de la mémoire : la source, le medium et l’index.

Introduction de Claire Scopsi au séminaire fab’mem du 31 mai 2017 avec Marina Chauliac

Voici maintenant  deux ans que nous menons ces séances de séminaire (si je ne me trompe pas, nous avons assuré 8 séances + une Journée d’étude) et j’en profite pour vous annoncer le 21 septmebre 2017 une journée consacrée aux plateformes de valorisation des mémoires, avec des chercheurs du CHORN (de Montreal). ; Ce séminaire se déroule sur un modèle qui m’est cher puisqu’il mêle les expériences professionnelles et les retours de travaux de chercheurs.

De ce point de vue Marina Chauliac est « tout en un », puisqu’elle cumule ces deux expertises en tant que , Ingénieure de recherche au Centre Edgar Morin, tout en étant proche des terrains en tant Conseillère pour l’ethnologie – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes ce qui lui confère une légitimité certaine pour aborder la question des acteurs territoriaux

Je voudrais introduire rapidement cette séance avec une réflexion qui me vient de ce séminaire et des projets qui y ont été évoqués . Selon moi on peut distinguer les différentes collectes que nous avons évoquées, et qui peuvent être réalisées dans des contextes différents (entreprises, centres d’archives, familles, associations…), selon la posture des collecteurs.

En premier lieu je distinguerai les collectes de mémoires en tant que sources, je veux dire sources pour l’histoire, constituées pour servir de support aux travaux des scientifiques, et qui peuvent être des corpus, collectés par les scientifiques pour répondre à une question spécifique. Mais elles peuvent être aussi des fonds d’archives, centrés sur une question moins précise, mais préservées pour être utilisables par les historiens. Elles relèvent toutes deux de la diplomatique, de la science de l’intégrité, de la fiabilité de la preuve documentaire. C’est pourquoi elles restent l’apanage de professionnels formés à la méthode d’évaluation des sources : la diplomatique. Les historiens et les archivistes sont ces professionnels.

 Ensuite, je distingue les collectes de mémoire en tant que medium dont la valeur réside dans la nature langagière et narrative des mémoires et dans leur propriété perlocutoire. La perlocution (selon John Austin) est une des formes de la performativité de l’acte langagier, qui renvoie à sa propriété d’obtenir un effet particulier sur l’allocutaire .

Les mémoires –medium,  sont celles qui explicitement visent à agir sur le réel et à’ « ajuster les choses aux mots ». Il s’agit de donner une existence à un groupe, ou de renforcer son identité, de le faire naitre au monde par des énonciations qui font revivre son passé, et permettent de le nommer et de le distinguer. Leur finalité première réside dans la relation de médiation qu’elles entretiennent avec un auditoire.  Elles s’appuient sur la rhétorique des récits, et sur l’affectivité qui se dégage du récit et du narrateur C’est pourquoi, ce type de mémoire nous intéresse particulièrement dans la question des témoignages oraux. Parmi les mémoires medium, il y a les mémoires nationales, composantes de l’imaginaire national, les célébrations qui renforcent l’identité d’un peuple, mais aussi (Gellereau) les témoignages filmés disséminés dans un parcours muséal, qui vont jouer le rôle du médiateur pour créer ou renforcer un sentiment d’empathie. Les mémoires des communautés immigrées, des groupes militants (bobines féministes), les mémoires constituées « par le bas » par ceux qui veulent « publier » leur identité commune, relèvent également de cette catégorie.

Et enfin, ce que j’appelle les mémoires index qui ne s’attachent pas absolument à l’authenticité des faits relatés comme les mémoires-sources, et ne recherchent pas particulièrement à obtenir un effet sur un  public ou à modifier son point de vue,  comme les mémoires-medium, mais prennent les manifestations mémorielles comme la trace persistante des modes de penser successifs qui les ont élaborées, et que l’on peut reconstruire par l’analyse.  Elles ont bien la propriété d’un index, au sens documentaire du terme, dont les items ( les traces) renvoient à un fait, un savoir, un objet du passé). Elles prennent des formes diverses qui ne sont jamais réunies sous la même catégorie. Ce sont  les matériaux collectés par les historiens de la micro histoire (Ginzburg) ou de l’histoire des mentalités : récits, contes, chants, musiques etc., traces que l’historien va utiliser pour retrouver la direction d’un objet révolu. Mais c’est aussi le modèle, plus instinctif, qui sous-tend les collectes que j’appelle « de sauvegarde » et qui s’auto-justifient par la phrase : « il ne faut pas que « ça » se perde ». Relèvent de ces catégories, les enregistrements de personnes âgées dans les EPAD  ou dans les familles, des salariés retraités dans les entreprises etc. c’est la construction de ces index qui permettront un jour de remonter à la source.

Bien sûr ces trois modèles : la source, le medium et l’index, ne sont pas exclusifs. Il ya des trois dans des proportions diverses dans tous les projets de collecte ; il me semble que tout particulièrement les collectes orales auprès des immigrés relèvent de ces trois logiques. : collecter des sources pour l’histoire auprès de populations qui produisent peu d’actes écrits, fabriquer une certaine forme de communauté, de citoyenneté, sauvegarder la culture et les usages, forcément transitoires et fragiles de la culture de la migration.

Séminaire fab’mem 31 mai 2017, avec Marina Chauliac : « témoignages et construction mémorielle de l’immigration à l’échelle municipale »

Séminaire Fab’mem enregistré le  mercredi 31 mai 2017,Au Conservatoire des Arts et Métiers

 Invitée : Marina Chauliac Conseillère pour l’ethnologie – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, Ingénieure de recherche au Centre Edgar Morin

« Témoignages et construction mémorielle de l’immigration à l’échelle municipale »

Cette intervention aborde la question d’une commande politique de construction mémorielle et sa traduction concrète par un établissement culturel municipal de Villeurbanne, le Rize. A la fois centre d’archives, médiathèque, lieu d’exposition et d’animation culturelle, le Rize est né de la volonté du maire de Villeurbanne de fabriquer un récit commun aux Villeurbannais mettant en avant leurs origines ouvrières et immigrées. Afin de répondre à cette attente, l’équipe du Rize s’est engagée dans une « collecte de mémoires », destinée notamment à la constitution d’archives orales. Regarder la manière dont cette « collecte » a été faite en ce qui concerne la thématique migratoire, nous amènera à interroger la production des témoignages ainsi que les usages qui en sont faits par l’institution et, au final, ses éventuels effets « patrimonialisateurs ».

Enregistrement de l’intervention de Marina Chauliac

Enregistremnet de la discussion

Séminaire Fab’mem mardi 17 janvier 2017 : « Crowdsourcing, crowdfunding et bibliothèques numériques» avec Mathieu Andro

Logo Dicen-idf Logo Cnam

Le Dicen-idf Cnam Paris (EA 7339) a le plaisir de vous annoncer la prochaine séance du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem) consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.

 

Le mardi  17 janvier 2017,  16h30-18h30

Au Conservatoire des Arts et Métiers, Amphi Paul Painlevé

292 rue Saint – Martin – 75003 Paris, M°Réaumur-Sébastopol

Accès libre, merci de confirmer votre inscription à : claire.scopsi@lecnam.net

 Invité : Mathieu Andro, Ingénieur gestion des connaissances, text mining à l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA). Docteur en sciences de l’information, Laboratoire Paragraphe, Paris 8.

« Crowdsourcing, crowdfunding et bibliothèques numériques».

Documenter  les fonds photographiques du débarquement (PhotosNormandie) en ligne sur Flick’R, Parrainer la numérisation de précieux enregistrements sonores (association des amis de la BNF), contribuer à la création d’une base de données scientifique à partir des millions de photos des plantes provenant des herbiers français (Herbonautes), apporter une contribution financière via Kiss Kiss Bank Bank pour la valorisation du fonds Ricoeur (Fondation Paul Ricoeur). Les internautes se voient de plus en plus invités à participer selon des modalités diverses à des projets patrimoniaux et les institutions culturelles n’hésitent plus à se lancer.

Pourquoi et comment associer les internautes à un projet  de mémoires numériques ? Comment financer  un projet par le crowdfunding ? Que peut-on en attendre ? Autour de l’exemple du projet de numérisation à la demande par crowdfunding Numalire, Mathieu Andro analyse les différentes méthodes développées dans le domaine des sciences et de la culture pour  faire appel à la participation des internautes. Il s’interroge sur la rentabilité de ces pratiques et leur évolution sociale : assiste-ton  à une « uberisation » du secteur de la culture ?

 

Séminaire fab’mem 4e séance mardi 26 janvier 2016

4ème séance : le mardi 26 janvier 2016

4ème séances du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem) consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.

Invité : Lénaïk LEYOUDEC (doctorant Cifre, COSTECH) « Assister la mémoire familiale via l’éditorialisation de l’archive ».

En nous présentant son travail de thèse mené au sein de Perfect Memory, LénaÏk Leyoudec, nous invitea à réfléchir aux processus de transmission des contextes d’intelligibilité des films de famille. Au-delà de la transmission des supports et des procédés mis en œuvre pour leur pérénisation, comment s’opère la transmission des informations permettant d’en maintenir le sens ?Des solutions techniques d’enrichissement sémantiques sont-elles mobilisables pour reconstruire ces mémoires familiales ?

Séminaire fab’mem du jeudi 3 décembre 2015 – Les vidéos des interventions

Voici les vidéos des interventions que nous avons eu le plaisir de suivre lors de la 3ème séance du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem), du Dicen-idf Cnam Paris,  consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique. Réalisation des vidéos : Robert Nardone du laboratoire HT2S / Cnam.

Intervention de Jean-Barthélemi Debost (Historien, Directeur réseau et partenariat du Musée national de l’histoire de l’immigration,). « Méthodologies des répertoires de projets de mémoire ».

Précédée d’une introduction de Claire Scopsi (Dicen-IDF Cnam Paris)

suite (1) :

suite (2) :

Séminaire fab’mem du 22 septembre 2015 – les vidéos des interventions

Voici les vidéos des interventions que nous avons eu le plaisir de suivre lors de la 2ème séance du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem), du Dicen-idf Cnam Paris,  consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique. Nous remercions chaleureusement Robert Nardone membre du laboratoire HT2S du Cnam pour leur réalisation, malgré les mauvaises condition d’éclairage.

Intervention de Michèle Gellereau, Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille3. Membre du laboratoire GERiiCO

De la collecte de la mémoire des amateurs aux pratiques de médiation : témoignages autour des objets de guerre en musée, l’exemple des projets TEMICS et TEMUSE 14-45

Précédée d’une introduction de Claire Scopsi (Dicen-IDF Cnam Paris)

Claire Scopsi

Michèle Gellereau 1/2

« Pour des raisons de droit de diffusion, les vidéos projetées ne sont pas mises en ligne; certains films ont été ou sont visibles dans les expositions des musées In Flanders Fields de Ypres (Belgique) ,  Au Musée de la Résistance de Bondues (France) et au Musée Naval de Québec. »

Michèle Gellereau 2/2

Pour toute réclamation concernant la mise en ligne de ces vidéos, merci de contacter claire.scopsi@lecnam.net

Séminaire fabmem du 26 mai 2015 : les vidéos des interventions

Voici les vidéos des interventions que nous avons eu le plaisir de suivre lors de la 1ère séance du  séminaire fabriques de mémoires (fab’mem), lancé par  le Dicen-idf  Cnam Paris, et consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.Nous remercions chaleureusement Robert Nardone membre du laboratoire HT2S du Cnam pour leur réalisation.

L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ?

Intervention de  Rémy Besson, historien, Post-doctorant à LLA-CREATIS, Toulouse 2 – Le Mirail. « Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne. ». Lire la suite