Issues de femmes

« Femmes migrantes, entre intégration perçue et citoyenneté active »

Ce projet bénéficie du soutien financier du Conseil Régional d’Ile de France de la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH), il est lauréat du Label Paris Europe 2017.

Logo du conseil régional d'Ile de France     logo du label Paris Europe      Logo de l'association Les jardins numériques  Logo de l'association Italia in Rete Logo Dicen-idf  Logo Cnam Logo de la Fédération d'associations et centres d'émigrés espagnols en France.logo de l'Institut d'Histoire Ouvrière et Sociale (IHOES)à Liège (Belgique) Logo de du Consulta Emiliano-Romagnoli nel mondo

 

Enegistrement de témoignages transgénérationnelsLes « femmes dans l’immigration » dont nous parlons sont des femmes qui ont migré pour des raisons différentes, des femmes arrivées par regroupement familial, des exilées politiques, des étudiantes, mais aussi des femmes françaises dont les parents ou les grands-parents ont immigré en France. Les mouvements des « femmes dans l’immigration » reflètent la diversité des expériences liées à la migration.

Principe

  • Avec l’aide de plusieurs femmes immigrées et de leurs familles, nous proposons d’explorer des points de vue divers sur l’intégration, la réussite dans l’immigration et finalement, de faire émerger une ou plusieurs définitions de la réussite de l’intégration sociale.
  • Nous interrogeons des femmes immigrées et leur « lignée » (fille ou fils et petites filles ou petits fils). Il s’agit de faire émerger les processus explicites ou non mis en place par ces femmes pour favoriser l’intégration sociale de leur famille. Nous faisons l’hypothèse que certaines stratégies sont verbalisées, répétées et mises en place de façon consciente sous forme de stratégies éducatives, de recommandations, d’alertes à la progéniture. Les femmes interrogées nous expliqueront ce qu’ont été ces stratégies. Mais nous pensons que les enfants et petits enfants peuvent avoir perçu différemment ces stratégies ou avoir intégré des modèles  et des transmissions non explicites. En les invitant à échanger sur leur propre vision des stratégies d’intégration avec leur ainée, nous espérons mettre en évidence des stratégies moins conscientes, s’exprimant par des actes plutôt que des paroles.
  • Enfin, nous nous posons la question des places respectives de l’engagement public des femmes (au sein d’associations, de collectifs militants, de syndicats ou de partis) et des stratégies privées (éducation, choix de vie)  dans le processus d’intégration. Pour cela, deux groupes de témoins seront constitués : un groupe composé de femmes ayant eu une activité militante ou un engagement public à un moment de leur vie, et un groupe de femmes n’ayant pas eu ce type d’activité.

Enregistrement des témoignages de 3 générations

Approche :

En choisissant  la méthode des entretiens de mémoires : récits de vie, entretiens semi guidés et dialogues intergénérationnels, nous privilégions la mémoire à l’histoire ou à la sociologie. L’histoire est en effet la recherche de l’objectivité et de la réalité des faits, la mémoire autorise l’oubli, les erreurs la subjectivité. Or c’est bien la subjectivité qui nous intéresse ici et non pas la confrontation à des indicateurs de mesure du degré d’intégration comme peuvent l’être la performance scolaire, le parcours professionnel, les revenus, les talents exceptionnels ou les mariages mixtes.

La Mémoire est une trace du passé qui s’exprime au présent. C’est le récit que livre quelqu’un lorsqu’il regarde en arrière et fait un bilan. Ce peut être une déformation, c’est une déformation. Ce peut être un regard heureux et satisfait sur le passé alors même que ce passé semble dramatique. Mais ce type de regard nous apprend des choses sur l’émotion, la subjectivité, le parcours affectif d’une femme immigrée : a-t-elle des regrets, ou pas ? A-t-elle l’impression d’avoir conquis quelque chose ou pas.

La réussite du parcours d’intégration peut être ressentie  de façons diverses selon le milieu social, l’éducation, les conditions de la mobilité ou simplement la personnalité du témoin. Ce sont ces variations que nous aimerions capter. En effet, elles nous permettent de poser en regard de la préoccupation nationale telle qu’elle a pu être exprimée par le président Hollande le 15 décembre 2014[1], et les efforts individuels qui ont permis à celles qui se sont installées en France, d’y construire un destin. Ces deux visions ne s’opposent pas, mais se croisent souvent et concourent au même objectif.

 Valorisation

A –  Une exposition multimedia accessible sur le web réalisée avec l’application « muséocube » développée par l’association « les Jardins Numériques » et la société Aexpmil. Cette application permet de réaliser un parcours  en 3 D et d’y « accrocher » des objets multimedia : ici des extraits vidéos montés à partir des entretiens réalisés et disposés de façon à souligner les ressemblances et différences des parcours des femmes-témoins.

B- Un atelier de restitution du projet avec présentation de l’exposition multimedia, puis un débat organisé avec des acteurs du territoire et des associations.

C- Un rapport d’analyse rédigé de 25 pages environ

Les partenaires : 

Le Conseil Régional d'Ile de France
La Dilcrah
Le Label Paris Europe / Mairie de Paris
Les Jardins numériques
Le laboratoire Dicen-IDF CNAM Paris
Italia in Rete
La FACEEF
Les partenaires du Label Paris Europe
La Commission pour la parité des Droits des Hommes et des Femmes de l'Assemblée Législative de la Région Emilie-Romagne (Italie)
l'Association Emilie-Romagne de Paris (France - Italie)
l'Institut d'Histoire Ouvrière et Sociale (IHOES)à Liège (Belgique)
[1] Inauguration du Musée de l'histoire de l'immigration, à Paris le 15 décembre 2014 : « L'histoire de l'immigration fait partie de notre histoire nationale mais la réussite de l'intégration déterminera notre destin national. ».