Séminaire fab’mem 31 mai 2017, avec Marina Chauliac : « témoignages et construction mémorielle de l’immigration à l’échelle municipale »

Séminaire Fab’mem enregistré le  mercredi 31 mai 2017,Au Conservatoire des Arts et Métiers

 Invitée : Marina Chauliac Conseillère pour l’ethnologie – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, Ingénieure de recherche au Centre Edgar Morin

« Témoignages et construction mémorielle de l’immigration à l’échelle municipale »

Cette intervention aborde la question d’une commande politique de construction mémorielle et sa traduction concrète par un établissement culturel municipal de Villeurbanne, le Rize. A la fois centre d’archives, médiathèque, lieu d’exposition et d’animation culturelle, le Rize est né de la volonté du maire de Villeurbanne de fabriquer un récit commun aux Villeurbannais mettant en avant leurs origines ouvrières et immigrées. Afin de répondre à cette attente, l’équipe du Rize s’est engagée dans une « collecte de mémoires », destinée notamment à la constitution d’archives orales. Regarder la manière dont cette « collecte » a été faite en ce qui concerne la thématique migratoire, nous amènera à interroger la production des témoignages ainsi que les usages qui en sont faits par l’institution et, au final, ses éventuels effets « patrimonialisateurs ».

Enregistrement de l’intervention de Marina Chauliac

Enregistremnet de la discussion

Votez pour le projet Passerelle mémoire des anciens, « NOMINE » dans la catégorie Meilleure initiative intergénérationelle au trophée de la silver eco 2017

Nominé dans la catégoire Intergénérationnel - Solution Silver Eco 2017

 

Sur une excellente idée et beaucoup de savoir-faire audiovisuel du réalisateur Pierre Goupillon, le projet Passerelle de mémoire (presque homonyme de Passerelle de mémoires, mais différent) a mûri dans les coulisses du séminaire fab’mem.

 

Il s’agit de sauvegarder par le récit filmé la mémoire de nos anciens :

-par une animation intergénérationnelle dans les EHPAD et maisons de retraite auprès des résidents, à l’aide de studios volants permettant d’enregistrer les témoignages
-en assemblant ces récoltes de récits sur une plateforme numérique, pour permettre un accès croisé par thématique.

Une première animation réalisée par Enso production avec la collaboration de fab’mem été réalisée au Mans en septembre 2016. Le projet vient d’être nominée dans la catégorie Intergénérationnel des trophées Silver Eco 2017.

Pour soutenir le projet , votez pour Enso productions ici : http://www.silvernight.fr/votez-pour-votre-candidat/

Bande annonce Passerelle de mémoire from passerelle demémoire on Vimeo.

Quelques mots sur l’opération du Mans :

La première fonction de ces ateliers de collectes audiovisuelles est d’assurer une animation auprès des résidents, de leur manifester de l’intérêt et du respect et de les rendre acteurs du dispositif de collecte. Les témoins du Mans ont montré leur capacité à s’approprier le dispositif. Le projet a permis par ailleurs au réalisateur Pierre Goupillon, de mettre au point et valider le questionnaire-guide d’entretiens, le dispositif technique et humain de tournage et le format de narration des films réalisés. L’ensemble a fonctionné et peut donc servir de modèle pour d’autres opérations.
Le résultat est  un album de ce que les témoins décident de laisser d’eux-mêmes. Pour autant, il ne s’agit pas de mémoires objectives et convenues sans intérêt historique et il arrive parfois que les films ou photos de familles illustrent avec pertinence les événements sociaux ou historiques. Certains témoins ont abordé avec beaucoup de sincérité la sexualité, la contraception, leur foi, tout en maintenant la barrière de l’intimité. La plupart ont livré des souvenirs précis, des détails sur des moments de la vie locale, des épisodes de la seconde guerre mondiale, la vie quotidienne, les loisirs.

Si elles n’apportent pas d’éléments inattendus sur le passé, ces anecdotes de vie on l’avantage d’être incarnées, livrées avec les mots, la voix, et le visage de ceux qui les ont vécus. Ces micro histoires ont une autre particularité : les témoins n’ont pas été sélectionnés par un historien pour parler de thèmes convenus au préalable et qui relèvent souvent, en histoire orale, d’une tradition militante et sociale. Des points de vue qui ne sont traditionnellement pas sollicités pour raconter l’histoire populaire ont ainsi été recueillis : une commerçante a expliqué comment son métier lui a permis d’être, bien avant le féminisme, autonome et libre de ses choix, un ouvrier militant engagé d’un parti de droite, a livré sa vision des événements de 68 et du syndicalisme, une dame issue de la bourgeoisie industrielle du Pas-de-Calais s’est remémoré l’exode et son retour dans la maison familiale occupée par les soldats, un ouvrier a raconté sa période de STO. Des visions peut être moins héroïques, plus banales que celles que l’histoire nationale a conservée, mais tout aussi constitutives de la mémoire collective.
Les suites à donner peuvent être multiples et suite au visionnage, plusieurs suggestions ont été formulées :

– Développer cette activité d’animation dans les Ehpad sous forme de tournages/diffusions

– Utiliser les films (avec l’autorisation des témoins) comme supports d’animation d’ateliers mémoriels.

– Utiliser les films comme supports d’animation d’ateliers intergénérationnels (certains récits de la vie d’autrefois sont tout à fait intéressants pour une activité pédagogique avec un jeune public).

– Lancer un projet d’évaluation de l’effet de l’opération sur le bien être et la santé du résident.

– Ouvrir le visionnage à un public extérieur, éventuellement en association avec la municipalité et les archives municipales.

* * *
Je remercie chaleureusement le personnel et l’équipe de direction de l’établissement Korian Bollée-Chanzy dont l’investissement et les conseils ont permis la réalisation de ce projet, et bien sûr les résidents pour la gentillesse de leur accueil et leur disponibilité, et je voudrais clore ce bilan par un échange entendu à la fin de la séance de visionnage :
M. (animatrice) : Finalement c’est simple, c’est tout simple, ils ont tellement envie de parler.
M.(témoin) : Non ce n’est pas une envie, c’est un besoin.

Séminaire fabmem du 26 mai 2015 : les vidéos des interventions

Voici les vidéos des interventions que nous avons eu le plaisir de suivre lors de la 1ère séance du  séminaire fabriques de mémoires (fab’mem), lancé par  le Dicen-idf  Cnam Paris, et consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique.Nous remercions chaleureusement Robert Nardone membre du laboratoire HT2S du Cnam pour leur réalisation.

L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ?

Intervention de  Rémy Besson, historien, Post-doctorant à LLA-CREATIS, Toulouse 2 – Le Mirail. « Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne. ». Lire la suite