Histoire orale. Usages scientifiques de la source orale : méthodes, apports et résultats

Séminaire

15 janvier-15 mars 2020

les mercredi de 9h30 à midi

au 54 bd Raspail PARIS

Ce  cycle de séances organisé et animé par Florence Descamps, historienne EPHE, est principalement consacré à l’utilisation des sources orales dans les travaux de recherche en en histoire et s’adresse particulièrement aux doctorants ou aux chefs de projet en charge de l’exploitation ou de la valorisation d’archives orales.

Les questions méthodologiques y sont plus spécialement abordées, à travers des travaux empiriques bien déterminés : revisite, construction du corpus des sources orales, traitement de la source, documentation et métadonnées, outils d’analyse, données personnelles et sensibles, questions éthiques et juridiques, langue, écriture et réécritures…

Inscription : descampsflorence@gmail.com

Continuer la lecture

Du récit de vie aux archives orales. Comment l’image et le son “donnent à dire ” l’immigration

Logo de l'axe Pass du laboratoire LISE Le 17 janvier 2020  Claire Scopsi intervient au séminaire   « Interroger les solidarités par le son et l’image » du laboratoire LISE  (laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique) Unité Mixte de recherche  Cnrs/ Cnam, sur le thème :

 

 Du récit de vie aux archives orales. Comment l’image et le son “donnent à dire ” l’immigration

Voici un extrait du projet de ce séminaire  pour 2019-2020 :

“Le séminaire de 2019-2020 a pour objectif d’enrichir nos méthodologies de recherche. Nous souhaitons questionner les apports du son et de l’image dans le cadre de nos travaux sur les solidarités et les vulnérabilités. Comment saisir des dimensions non accessibles par l’intermédiaire de la parole et de l’écrit (configuration des espaces et des environnements ; expression des corps et des objets ; objectivation de l’intimité et de l’espace privé, etc.) ? Quel est l’impact de ces méthodes sur les questionnements et les problématisations ? Permettent-elles de favoriser l’expression directe des personnes enquêtées, leur participation à la construction des données ? Offrent-elles des types de restitution et de diffusion plus accessibles ? Comment modifient-elles les rapports entre chercheur.e.s et enquêté.e.s ? Quelles questions éthiques soulèvent ces usages ?”

Et suivez son actualité et l’agenda de ses séances sur le site du LISE :

http://lise-cnrs.cnam.fr/les-axes/l-axe-pass/l-agenda-de-l-axe-pass-629874.kjsp?RH=1383922078519

 

Publication : Archiver la mémoire : De l’histoire orale au patrimoine immatériel par Florence Descamps

Vient de paraître, aux éditions de l’EHESS (collection Cas de figure)
Archiver la mémoire De l’histoire orale au patrimoine immatériel. Que les vivants puissent un jour écouter les morts. Ne serait-ce pas ce désir secret qui fonde en dernier ressort l’enregistrement et la mise en archives des voix du passé ? Après son ouvrage L’historien, l’archiviste et le magnétophone (2001), qui a inspiré nombre de campagnes de collecte d’archives orales, Florence Descamps reprend sa réflexion sur les usages scientifiques et sociaux des témoignages oraux et fait le bilan de la réintégration de la source orale dans la boîte à outils de l’historien. De l’histoire orale au patrimoine culturel immatériel, en empruntant la voie de la parole enregistrée, cet essai revisite la grande trilogie « Histoire, Mémoire et Patrimoine » qui, depuis quarante ans, a saisi l’ensemble de la société française.

Séminaire, Nouveaux Paradigmes de l’Archives. Séance 3 : Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

Séance 3 – Mercredi 22 mai, 10h00-12h30 Amphithéâtre Abbé Grégoire

Cnam Paris, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

télécharger le plan d’accès

Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

 

A l’heure du numérique et de ses réseaux, l’authenticité du document, la fiabilité de ses copies, qui constituent la preuve par l’original réinterrogent ce qui fait autorité.

La technologie Blockchain qui représente une nouvelle manière d’administrer la preuve est un modèle de désintermédiation décentralisée reposant sur un protocole de cryptographie et qui permet à des organisations autonomes distribuées de réaliser des transactions infalsifiables. La blockchain est un réseau ouvert et décentralisé. Cette décentralisation qui repose sur la confiance est susceptible de poser des problèmes d’autorité lorsque des conflits surviennent, par exemple au sujet des contenus illégaux ou mettant en danger la vie privée des individus. Une gouvernance de la blockchain est donc indispensable avant d’envisager sa mise en place. Quel retour d’expérience au sein des Archives ?

La question de l’articulation de cette technologie avec la stratégie d’archivage de l’Etat sera posée. Le séminaire examinera comment s’établit la confiance dans la sphère publique, depuis le processus d’authentification de la décision politique, jusqu’à la fiabilisation de l’information administrative, au long des opérations d’organisation, de sélection et de transfert et de réutilisation des objets à archiver.

Comment garantir une base documentaire et informationnelle de qualité pour appuyer la prise de décision administrative ? Quels sont les besoins qui caractérisent les différents groupes d’utilisateurs, au-delà du trio initial « administration, citoyen, chercheur » ? Ces interrogations, bien que d’ordre technique, ont des incidences sur les conditions de la transmission d’informations de référence et sur l’exercice de la citoyenneté face au développement l’e-administration.

Participants

  • Evelyne Broudoux, Chercheuse au Dicen-IDF, introduction scientifique : « Ce qui fait autorité dans la blockchain. »
  • Antoine Meissonnier, Conservateur du patrimoine, Chef du service des archives du ministère de la Justice)
  • Klara Sok, doctorante au Dicen-IDF, Cnam Paris (thème de la thèse : La technologie blockchain et les évolutions de l’intermédiation : intermédiation, désintermédiation, réintermédiation) .

Animation : Evelyne Broudoux et Françoise Lemaire