Le Projet Passerelle

Objectifs de Passerelle de Mémoires

  • Réaliser une plateforme numérique de e-formation et de mise en relation des porteurs de projets de collectes de mémoires à vocation patrimoniale, historique, ethnographique, culturelle ou sociologique menés par les associations d’Ile-de-France.
  • Mettre en place d’ateliers de facilitation méthodologique et technique et de formation en présentiel pour les porteurs de projets.

Passerelle de Mémoires bénéficie du soutien de la Région Ile- de-France dans le cadre du dispositif « Soutien à la diffusion des usages, services et contenus pédagogiques et patrimoniaux (SUSES) ».

Les participants : 

Association Le Ventilo-Editions

contact : josephan@free.fr

Le Ventilo-Editions se fixe pour objet de faire circuler les connaissances et les savoirs sur tous les supports et vecteurs (papier, électroniques, vidéos et sonores notamment) afin de les rendre accessibles au plus grand nombre.

Dans cette perspective, le Ventilo entend jouer un rôle de tremplin et d’incubateur de projet ; pour ce faire, le Ventilo s’investit dans des projets éditoriaux ayant une valeur et une utilité sociale, culturelle, pédagogique et documentaire forte ; les projets ainsi menés mettent en avant, comme principe de fonctionnement général, l’intelligence collective et l’échange de savoirs tel que le font les wikis (œuvres électroniques coopératives).

Le laboratoire Dicen-IDF Cnam Paris (EA 7339)

http://dicen-idf.org/

Contact : Claire Scopsi  (claire.scopsi@lecnam.net)

 

Le laboratoire Dicen-IDF (Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ere Numérique – Paris, Ile-de-France) est une unité de recherche multi-tutelles  entre le Conservatoire National des Arts et Métiers, l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense.

Le projet Passerelle de Mémoires s’inscrit dans les travaux de l’Axe 1 : Cultures numériques et action collective : entreprise, art, démocratie (resp. M. Zacklad)

« La caractéristique principale des travaux conduits dans cet axe est de saisir la codétermination entre les processus d’action collective et les multiples manifestations de la culture numérique entendue comme l’ensemble des pratiques associées au déploiement des supports digitaux dans les organisations, la cité, les activités de loisir… »

L’association Italia in Rete

http://www.associazioni-italiane.org/le-reseau/article/italia-in-rete-reseau-associatif

contact : patrizia.molteni@focus-in.info

L’association Italia in Rete – Réseau associatif franco-italien a pour objet la promotion et patrizia Molteni <patrizia.molteni@focus-in.info>la valorisation de la culture italienne en France, ainsi que la promotion des activités des associations franco-italiennes en France.

Elle est responsable de la présence en ligne, notamment de la gestion, du développement et de l’animation du site Internet dit « Le Portail des associations franco-italiennes » ou « Le Forum » www.associations-italiennes.org // www.associazioni-italiane.org et sur les “réseaux sociaux”.

Enjeux :

Un besoin aigu de faire trace.

La conscience de l’importance de recueillir les mémoires, les témoignages ou les connaissances par l’oralité, est aujourd’hui si largement répandue que l’on peut parler d’un phénomène de société. Ce besoin de faire trace a rencontré un contexte favorable lié à plusieurs facteurs :

  • La reconnaissance du patrimoine culturel immatériel par la convention signée en 2003 par l’UNESCO. Elle a permis de populariser l’idée que les pratiques sociales professionnelles, les gestes, coutumes, cérémonies et fêtes constituent un « trésor » qui mérite d’être sauvegardé.
  • L’essor de l’histoire populaire et de la micro histoire, qui à côté des « grands témoins » de la « grande histoire » cherche le récit de la vie quotidienne et des vécus particuliers.
  • Une période de ruptures multiples, qui accroit l’urgence de conserver le témoignage de modes de vie, des activités ou des événements : désindustrialisation, transformation des pratiques professionnelles, rénovations urbaines, disparition imminente des témoins des événements de la seconde guerre mondiale.

Ces tendances contribuent à modifier le regard porté sur « ce qui fait mémoire » et à diriger les centres d’intérêt vers des témoignages quotidiens souvent humbles et à se préoccuper d’inscrire la mémoire des minorités, des défavorisés, des acteurs de la vie et de l’économie locales et plus généralement de ceux qui n’écriront pas.

Ces usages sont favorisés par le numérique et les technologies du web :

  • L’essor de la vidéo numérique depuis 2005, et la baisse du coût des caméras et plus généralement des systèmes de captation.
  • Les technologies du web2.0 qui offrent des plateformes hébergées gratuites et relativement faciles à utiliser.

Des freins encore nombreux

Malgré le nombre de projets et l’enthousiasme des acteurs, les freins à l’achèvement des projets restent nombreux et peu de projets ont pu produire des sites ou documents largement visibles, en raison notamment de :

  • la difficulté d’obtenir des enregistrements de qualité suffisante pour pouvoir être diffusés selon les normes auxquelles le grand public est habitué. Même avec des outils numériques, des connaissances et équipements de base sont nécessaires pour obtenir un son, une image ou un montage acceptables pour une diffusion publique
  • La méconnaissance des législations sur le droit d’auteur, les droits de diffusion, le droit à l’image etc. conduit à produire des films sans contrats de diffusion. Ce qui ne permet pas leur exploitation hors d’un cercle privé et extrêmement limité.
  • Malgré leur apparente facilité d’utilisation les plateformes web2.0 demeurent lourdes à mettre en œuvre dès lors qu’on souhaite un résultat « professionnel » et esthétique. Il est aussi difficile de se repérer dans les multiples outils disponibles qui n’offrent pas tous les mêmes fonctionnalités et demeurent largement non interopérables. Elles ne garantissent en outre aucune garantie de conservation à long terme. Il n’existe pas de plateforme de gestion de contenu orientée spécifiquement vers un usage mémoriel. Les fonctions nécessaires sont donc souvent absentes.
  • La pérennité des projets est rarement envisagée tant les tâches de collecte et valorisation sont déjà difficiles. Or, si elle n’est pas envisagée dès l’avant-projet, la conservation à long terme des documents est systématiquement compromise. Une collecte non documentée, sans contrats de diffusion, est irrémédiablement vouée à disparaitre
  • L’émiettement des projets souvent liée à la méconnaissance des initiatives ne permet pas suffisamment de fédérer les forces et les ressources, ni de bénéficier des savoir-faire développés.

Le projet Passerelle des Mémoires d’Ile de France propose donc d’initier dans une première tranche une plateforme de facilitation à la conception, la mise en œuvre et la valorisation des projets Franciliens de mémoire menés par des associations.

Une seconde tranche prévoira la conception d’un catalogue d’ateliers de formation en présentiel et un atelier mutualisé d’appui (prêt de matériel, assistance technique aux pré- et post- productions)

2 réflexions au sujet de « Le Projet Passerelle »

  1. Ping : traverse | Présentation de "traverse" au Cnam à Paris - traverse

  2. Ping : Présentation du projet "traverse" au Cnam à Paris - Ulrich Fischer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *