Passerelle de mémoires

La collecte de documents familiaux, de témoignages ou de récits de vie est devenue monnaie courante. Nées dans les années 1975, ces expériences s’inscrivent dans la lignée de l’oral history et des récits de vie de l’Ecole de Chicago mais leurs formes se diversifient désormais et l’on assiste, à côté des projets d’archives orales et de captations ethnographiques – traditionnellement des enregistrements audio- destinés à constituer des corpus rigoureux, élaborés, traités et conservés en vue d’une exploitation scientifique future, à l’émergence d’initiatives moins académiques, relevant de l’animation sociale et culturelle voire de l’initiative spontanée d’ « amateurs ». Ces entreprises consistent à capter la parole (ou la mémoire ou l’image, ou la musique, la danse ou les pratiques culturelles) d’une communauté ou des habitants d’un territoire, à conserver cette parole et à la montrer au sein et en dehors du territoire ou de la communauté concernés. L’émergence du numérique, notamment de la vidéo numérique, et les fonctions collaboratives du web2.0 offrent à ces projets de nouvelles opportunités mais aussi de nouvelles difficultés. Ces nouveaux outils, dont la simplicité n’est souvent qu’apparente, suscitent des espoirs pour ces acteurs, car ils offrent l’opportunité de maitriser l’élaboration et la publication de récits collectés. Cette nouvelle situation pose plusieurs questions :

  • celle de la maitrise des outils technique, de l’articulation des compétences diverses pour mener à bien ces projets, pour valoriser les données collecter et les conserver de façon pérenne, – celle de l’éthique de la collecte des témoignages, du respect du droit à l’image et du droit de l’audiovisuel,
  • celle de la patrimonialisation des mémoires et des relations des porteurs de projet avec les institutions patrimoniales : archives, médiathèques, musées…
  • celle de la valeur historique de ces recueils de mémoires : à quelles conditions sont –ils susceptibles de construire une micro-histoire ? Ces initiatives ouvrent-elles la perspective d’une «histoire participative » porteuse de nouveaux thèmes et de nouvelles méthodes ?

Une réflexion au sujet de « Passerelle de mémoires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.