D’une épidémie, l’autre.

L’épidémie de SIDA occultée en Afrique centrale pendant la décennie 1980.L’évidence scientifique à l’épreuve de la politique.

Une anthropologie de l’alerte scientifique en contexte de crise sanitaire

Par une troublante coïncidence, sort, au début de mars, ce témoignage qui nous renvoie au tout début des années 1980, quand un virus inconnu tue implacablement ceux qu’il affecte. Quatre groupes de populations, désignés comme les 4H, sont considérés comme « prédisposés » : les Homosexuels, les Hémophiles, les Héroïnomanes et les Haïtiens. En 1983 deux équipes de recherche de Kigali (Rwanda) et Kinshasa (République Démocratique du Congo) constatent qu’en Afrique Centrale, hommes, femmes et enfants meurent aussi de cette épidémie. Ils formulent l’hypothèse d’une transmission hétérosexuelle et par l’allaitement maternel et bousculent la doxa occidentale qui veut que le VIH/Sida implique principalement les homosexuels à partenaires multiples.

Quatre chercheurs de ces équipes se souviennent des dix années qui suivront la publication de leur premier article. Ils sont Belges, Rwandais et Français, sociologue, microbiologistes et pédiatre, travaillent en réseaux pluridisciplinaires et se retrouvent lanceurs d’alerte. Pendant que l’épidémie s’étend en Afrique Centrale et de l’Est où elle touche des millions de personnes, devenant la première cause de mortalité des adultes, ils affrontent l’indifférence du mandarinat, l’hostilité des gouvernements, la résistance de la population, l’obstacle des croyances et des rumeurs, l’horreur du Génocide rwandais et leur propre peur de la contamination.

Ce récit des années de désespoir et de lutte, simple et sensible est à mettre entre les mains de tous les chercheurs jeunes et moins jeunes. Il nous rappelle que malgré la routine des « publis », des études de data et des questionnaires, la recherche peut être un sport de combat. Il montre l’importance de l’interdisciplinarité pour recueillir des données fiables (l’implication de Michel Caraël, le socio-anthropologue, dans l’élaboration de questionnaires sur les pratiques sexuelles dans le respect des spécificités culturelles, est impressionnante). Enfin il nous dit que face aux grands fléaux sanitaires, il n’y a plus de sciences dures. Il n’y a que des sciences humaines.

 

L’épidémie de SIDA occultée en Afrique centrale pendant la décennie 1980.L’évidence scientifique à l’épreuve de la politique. Michel Caraël, Philippe Van de Perre, Etienne Karita, Philippe Lepage, préface de Françoise Barré-Sinoussi (Prix Nobel de Médecine 2008). L’Harmattan, mars 2020, 224 pages.

 

Version numérique  16,99 euros.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65394

ATELIERS « HISTOIRE DU CINÉMA ET HUMANITÉS NUMÉRIQUES »

Informations pratiques :
23 et 24 janvier 2020 (MSH Paris-Nord)
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (Salles 413 et panoramique, 4e étage)
20 avenue George Sand – 93210 Saint-Denis La Plaine
Métro Ligne 12, arrêt Front Populaire
——-
Contacts
helene.fleckinger@u niv-paris8.fr
claire.scopsi@lecnam.net

Ces ateliers interdisciplinaires de coopération scientifique et patrimoniale proposent de
contribuer à un état des lieux collectif des projets en cours articulant histoire du cinéma
et humanités numériques, en se focalisant sur les enjeux de recherche et les méthodologies adoptées. Il s’agira avant tout de questionner les apports historiographiques et épistémologiques de ces démarches innovantes, en évoquant aussi es options techniques choisies et les difficultés rencontrées.
Dans la lignée d’Ateliers Campus Condorcet organisés en 2016 et 2017 autour des enjeux de modélisation des plateformes d’éditorialisation de corpus audiovisuels, ces journées associent historien.ne.s du cinéma, professionnel.le.s du patrimoine et ingénieur.e.s de recherche, afin de favoriser une synergie collaborative, de combiner les points de vue et de croiser les compétences. Conçues sous forme d’ateliers de mutualisation d’expériences et de réflexions méthodologiques, théoriques et pratiques, les quatre demi-journées seront introduites par des exposés d’une dizaine de minutes.
——-
Direction scientifique
Hélène Fleckinger (Université Paris 8) et Claire Scopsi (Cnam-Paris)
Organisé par l’Université Paris 8 (ESTCA) et le Cnam (Dicen-IDF) en collaboration avec Bobines plurielles, des institutions patrimoniales et des établissements scientifiques
——

Voir le programme complet, les participants et les liens vers les projets :
Continuer la lecture

Histoire orale. Usages scientifiques de la source orale : méthodes, apports et résultats

Séminaire

15 janvier-15 mars 2020

les mercredi de 9h30 à midi

au 54 bd Raspail PARIS

Ce  cycle de séances organisé et animé par Florence Descamps, historienne EPHE, est principalement consacré à l’utilisation des sources orales dans les travaux de recherche en en histoire et s’adresse particulièrement aux doctorants ou aux chefs de projet en charge de l’exploitation ou de la valorisation d’archives orales.

Les questions méthodologiques y sont plus spécialement abordées, à travers des travaux empiriques bien déterminés : revisite, construction du corpus des sources orales, traitement de la source, documentation et métadonnées, outils d’analyse, données personnelles et sensibles, questions éthiques et juridiques, langue, écriture et réécritures…

Inscription : descampsflorence@gmail.com

Continuer la lecture

Du récit de vie aux archives orales. Comment l’image et le son « donnent à dire  » l’immigration

Logo de l'axe Pass du laboratoire LISE Le 17 janvier 2020  Claire Scopsi intervient au séminaire   « Interroger les solidarités par le son et l’image » du laboratoire LISE  (laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique) Unité Mixte de recherche  Cnrs/ Cnam, sur le thème :

 

 Du récit de vie aux archives orales. Comment l’image et le son « donnent à dire  » l’immigration

Voici un extrait du projet de ce séminaire  pour 2019-2020 :

« Le séminaire de 2019-2020 a pour objectif d’enrichir nos méthodologies de recherche. Nous souhaitons questionner les apports du son et de l’image dans le cadre de nos travaux sur les solidarités et les vulnérabilités. Comment saisir des dimensions non accessibles par l’intermédiaire de la parole et de l’écrit (configuration des espaces et des environnements ; expression des corps et des objets ; objectivation de l’intimité et de l’espace privé, etc.) ? Quel est l’impact de ces méthodes sur les questionnements et les problématisations ? Permettent-elles de favoriser l’expression directe des personnes enquêtées, leur participation à la construction des données ? Offrent-elles des types de restitution et de diffusion plus accessibles ? Comment modifient-elles les rapports entre chercheur.e.s et enquêté.e.s ? Quelles questions éthiques soulèvent ces usages ? »

Et suivez son actualité et l’agenda de ses séances sur le site du LISE :

http://lise-cnrs.cnam.fr/les-axes/l-axe-pass/l-agenda-de-l-axe-pass-629874.kjsp?RH=1383922078519