Documentation et valorisation des témoignages 12 avr. 2021 · 14h-15h30 · en ligne

logo du fplab
Le prochain atelier du FabPart Lab se tiendra lundi 12 avril de 14h à 15h30 autour de l’intervention de Claire Scopsi sur la documentation et valorisation des témoignages.

La pratique des entretiens enregistrés et filmés est déjà ancienne (en France, les archives de la parole datent du début du siècle). Les enregistrements de témoins sont effectués par des différents acteurs dans des circonstances diverses, sans que les différences soient toujours très perceptibles. En effet, au-delà du dispositif technico-spatial et de la thématique de l’entretien, ce sont les statuts respectifs du “témoignaire” et du témoin, ainsi que les objectifs visés qui déterminent la préparation, le déroulement, le traitement et le devenir des entretiens. Plusieurs types de contextes de témoignage seront évoqués : le documentaire, le récit de vie, l’entretien en histoire contemporaine, en anthropo-sociologie ou en linguistique. Les différences méthodologiques seront soulignées.

Claire Scopsi est MCF HDR en sciences de l’information et de la communication au CNAM (Paris). Elle est co-responsable de la thématique “Editorialisation, patrimones, autorité” du laboratoire Dicen-IdF.

Rendez-vous sur meet.jit.si/FPLab à 14h ce lundi 12 avril.

Cordialement,
Nicolas Sauret et Marta Severo

Comment fabriquons-nous nos territoires ?

Dispositifs du visible et de l’invisible dans la fabrique des territoires. Sous la direction de Cécile Tardy et Marta Severo.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=66395

 

  • Date de publication : 16 juillet 2020
  • Broché – format : 15,5 x 24 cm • 226 pages
  • ISBN : 978-2-343-19303-8

 

Comment fabriquons-nous nos territoires ? Que ce soit les discours, les écritures médiatiques, la visualisation cartographique ou l’analyse de données, ces dispositifs de mise en visibilités contribuent à la définition et à la production de nos quartiers, de nos lieux de socialisation et de nos activités dans l’espace public. Cet ouvrage aborde des processus sociaux de territorialisation par lesquels les sociétés, les collectifs, les acteurs donnent du sens à leur espace de vie et le redéfinissent. Il montre la manière dont s’engagent et se confrontent différentes représentations, par exemple autour des jeunes et des médias d’information, de l’inclusion numérique, de la mutation d’un quartier, de la gestion de crise, de ce qui fait mémoire et patrimoine.

Dans la partie mémoire et patrimoine, ma contribution à cet ouvrage collectif :

Scopsi, C. Mémoires des amateurs en ligne : nouvelle mise en scène du patrimoine local

 

Séminaire, Nouveaux Paradigmes de l’Archives. Séance 3 : Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

Séance 3 – Mercredi 22 mai, 10h00-12h30 Amphithéâtre Abbé Grégoire

Cnam Paris, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

télécharger le plan d’accès

Permanence des missions et nouvelles techniques de la preuve.

 

A l’heure du numérique et de ses réseaux, l’authenticité du document, la fiabilité de ses copies, qui constituent la preuve par l’original réinterrogent ce qui fait autorité.

La technologie Blockchain qui représente une nouvelle manière d’administrer la preuve est un modèle de désintermédiation décentralisée reposant sur un protocole de cryptographie et qui permet à des organisations autonomes distribuées de réaliser des transactions infalsifiables. La blockchain est un réseau ouvert et décentralisé. Cette décentralisation qui repose sur la confiance est susceptible de poser des problèmes d’autorité lorsque des conflits surviennent, par exemple au sujet des contenus illégaux ou mettant en danger la vie privée des individus. Une gouvernance de la blockchain est donc indispensable avant d’envisager sa mise en place. Quel retour d’expérience au sein des Archives ?

La question de l’articulation de cette technologie avec la stratégie d’archivage de l’Etat sera posée. Le séminaire examinera comment s’établit la confiance dans la sphère publique, depuis le processus d’authentification de la décision politique, jusqu’à la fiabilisation de l’information administrative, au long des opérations d’organisation, de sélection et de transfert et de réutilisation des objets à archiver.

Comment garantir une base documentaire et informationnelle de qualité pour appuyer la prise de décision administrative ? Quels sont les besoins qui caractérisent les différents groupes d’utilisateurs, au-delà du trio initial « administration, citoyen, chercheur » ? Ces interrogations, bien que d’ordre technique, ont des incidences sur les conditions de la transmission d’informations de référence et sur l’exercice de la citoyenneté face au développement l’e-administration.

Participants

  • Evelyne Broudoux, Chercheuse au Dicen-IDF, introduction scientifique : « Ce qui fait autorité dans la blockchain. »
  • Antoine Meissonnier, Conservateur du patrimoine, Chef du service des archives du ministère de la Justice)
  • Klara Sok, doctorante au Dicen-IDF, Cnam Paris (thème de la thèse : La technologie blockchain et les évolutions de l’intermédiation : intermédiation, désintermédiation, réintermédiation) .

Animation : Evelyne Broudoux et Françoise Lemaire

Séminaire Les Nouveaux Paradigmes de l’Archive, 1ère séance

Séance 1 mercredi 30 janvier, 10h0012h30

Cnam Paris, Amphithéâtre Robert Faure, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

Evolutions terminologiques et conceptuelles de l’archivage en environnement numérique. Changements d’échelle et de granularité

Les fondements pour une science générale d’organisation des documents posés en Europe au début du XXe siècle par Paul Otlet doivent aujourd’hui être repensés pour intégrer le fragment ou la donnée, en tant que description élémentaire de nature numérique représentée sous forme codée, d’une réalité (chose, événement, mesure, transaction, etc.) en vue d’être collectée, enregistrée, traitée, manipulée, transformée, conservée, archivée, échangée, diffusée et communiquée. Le traitement documentaire en tant qu’ensemble de choix et d’actions qui détermine la description et l’accès aux ressources s’adapte et anticipe les futures évolutions. En effet, deux principales modifications sont en cours dans l’écosystème de la gestion des connaissances enregistrées : les données doivent être renseignées au même titre que les documents ; les données peuvent être massives doivent pouvoir être archivées.

Participants :

·       Claire Scopsi introduction scientifique

·       Martine Sim Blima Barru, Responsable du département de l’archivage électronique et des archives audiovisuelles des AN.

·       Thomas Ledoux, coordinateur de la production numérique , Bibliothèque Nationale de France

Animation : Rosine Lheureux, Claire Scopsi