Documentalité des collectes de mémoires : Soutenance d’habilitation à diriger des recherches

 

Logo Cnam                         Logo Dicen-idf

Claire Scopsi, Maitre de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication au Cnam Paris a le plaisir de vous annoncer sa soutenance d’habilitation à diriger des recherches, sur le thème :

Documentalité des collectes de mémoires

Identification d’un genre narratif, mémoriel, numérique et anthologique

L’avant propos, l’introduction et le sommaire détaillé du mémoire sont disponibles ici . Le texte complet du mémoire sera mis en ligne sur HAL après la soutenance.

La séance se déroulera le mardi 12 janvier 2021 de 9h15 à 13h00, EN LIGNE

La séance est publique, pour y assister veuillez  le signaler à : claire.scopsi@lecnam.net, un lien de connexion vous sera envoyé individuellement.

Composition du jury

Présidente du jury:

    Marta Severo, Pr. En SIC (Université Paris Nanterre)

Garant :

    Manuel Zacklad, PTC En SIC (Cnam Paris)

Rapporteurs

    Maurizio Ferraris Pr. de philosophie (Université de Turin)
    Paul Rasse, Pr. en SIC (Université de Nice Sophia Antipolis)
    Geneviève Vidal, MCF HDR en SIC (Université Sorbonne Paris Nord)

Examinateur:

    Henri Hudrisier, MCF-HDR en SIC émérite (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

 

Colloque (en ligne) de l’ANR COLLABORA : La fabrique de la participation culturelle. 30 nov.-1 déc. 2020

Plateformes numériques et enjeux démocratiques

INSCRIPTION

Le colloque se tiendra en ligne. Les liens sont disponibles sur cette page.

L’inscription est gratuite. Vous pouvez vous inscrire sur ce site avec un compte Sciencesconf ou en envoyant un email à anrcollabora@gmail.com avec votre prénom, nom, structure de rattachement  et choix entre actes numériques et actes papier.

PROGRAMME

Lundi 30 novembre 2020
(calendrier interactif)

9h15 Ouverture https://us02web.zoom.us/j/82777124858 / ID de réunion : 827 7712 4858
Marta Severo, coordinatrice ANR COLLABORA

9h30
Session 1 – Mémoires collectives et patrimoines partagés https://us02web.zoom.us/j/82777124858 / ID de réunion : 827 7712 4858

Vers une injonction à la participation ? Étude de cas autour du rôle de la photographie pour la RMN – Grand Palais, Sébastien Appiotti, Laboratoire CEMTI, Université Paris 8

Les concours photographiques Wiki Loves Monuments : participation culturelle et animation de communauté, Antonin Segault, Laboratoire DICEN-IDF, Université Paris Nanterre

Quand les applications de visite patrimoniale se font citoyennes.
Lise Renaud, Centre NORBERT ELIAS, Université d’Avignon / Nicolas Navarro, Laboratoire ELICO, Université Lyon 2

La participation citoyenne dans les Observatoires photographiques du paysage.
Svenja Jarmuschewski, Laboratoire LLSETI, Université Savoie Mont Blanc

 

11h Pause

 

11h30
Que fabrique le citoyen capteur ? https://us02web.zoom.us/j/89987235559  / ID de réunion : 899 8723 5559
Laurence Allard, Université de Lille

 

12h30 Pause

 

14h
Session 2 – Enjeux politiques et angles morts de la participation numérique https://us02web.zoom.us/j/89788883513 / ID de réunion : 897 8888 3513

 

Génération et généricité des plateformes de valorisation participative du patrimoine numérisé, Cécile Payeur, Laboratoire DICEN-IDF, Université Paris Nanterre / Lisa Chupin, Laboratoire DICEN-IDF, Université de Paris /

Agilités transmédiatiques des sociabilités littéraires à partir des plateformes critiques, Françoise Cahen, Laboratoire THALIM, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

La création participative transmédia contre la plateformisation : le Général Instin modèle de l’antiplateforme culturelle, Manuel Zacklad, Laboratoire DICEN-IDF, CNAM / Patrick Chatelier, Remue.net

Participation démocratique ou occupation numérique peur une démocratie à venir ? Le cas des collectifs d’artivistes russes {rodina} et Rebra Evi (Saint-Petersbourg), Viviana Lipuma, Labex Arts H2H, Université Paris 8

 

15h30 Pause

 

16h Rebonds sur les thèmes de la journée et participation de la salle en ligne, avec Yves Citton (Université Paris 8), répondant et animateur des discussions  https://us02web.zoom.us/j/85042748270  / ID de réunion : 850 4274 8270

 

17h Inauguration de l’exposition virtuelle Vitrines en confinementSarah Gensburger, ISP, CNRS / Marta Severo, DICEN-IDF, Université Paris Nanterre https://us02web.zoom.us/j/84048976453 / ID de réunion : 840 4897 6453

 

Mardi 1 décembre 2020

 

9h30
Session 3 – Défis de la plateformisation https://us02web.zoom.us/j/87270543769  / ID de réunion : 872 7054 3769

Les formes publiques de courtage informationnel : l’exemple des services géoCulture, Olivier Thuillas, Laboratoire DICEN-IDF, Université Paris Nanterre

Discours et pratiques de la participation dans la construction des hiérarchies cinématographiques sur les plateformes de streaming vidéo, Valérie Croissant, Laboratoire ELICO, Université Lumière Lyon 2 / Marie Cambone, Laboratoire GRESEC, Université Grenoble Alpes

Les éditeurs à l’assaut des plateformes de lecture sociale ? : Entre renoncements, difficultés d’identification et rares succès, Laura Bousquet, Laboratoire ELICO, Université Lumière Lyon 2 /  Johannes-Gutenberg Universität Mainz

De la « fabrique » aux marchés de la participation culturelle : de quelques effets de la « plateformisation », Vincent Bullich, Laboratoire GRESEC, Université Grenoble Alpes

 

11h Pause

 

11h30
Industries culturelles et plateformes numériques, entre travail gratuit et monétisation
Antonio Casilli, Telecom Paris et Maud Simonet, Université Paris Nanterre https://us02web.zoom.us/j/88936541996  / ID de réunion : 889 3654 1996

 

12h30 Pause

 

14h
Session 4 – Les acteurs de la contribution https://us02web.zoom.us/j/82743110738 / ID de réunion : 827 4311 0738

Amateurs et collectionneurs du XIXe au XXIe siècle : les nouveaux partages des savoirs.
Dominique Pety, Laboratoire LLSETI, Université Savoie Mont Blanc

« Femmes gitanes du quai des Platanes » : un dispositif numérique participatif pour la valorisation de la culture des femmes gitanes, Eva Sandri, Laboratoire LERASS, Université Paul Valéry Montpellier 3

Le projet européen « Part-Her » : les institutions et les citoyens sont-ils irréconciliables ?, Aude Sivigny, Mairie de Tours, Virginie Tostain, Musée du Compagnonnage

Analyse des rapports d’influences des acteurs par l’usage de la plateforme socio numérique Facebook dans le cadre de la sauvegarde du Pont des Trous à Tournai, Pascal Simoens, Institut Numédiart, Université de Mons

 

15h30 Pause

 

16h Session 5 – Connaissance et reconnaissance https://us02web.zoom.us/j/85303605666 / ID de réunion : 853 0360 5666

Les modalités de la participation culturelle des lecteurs et lectrices de manga : concurrence et coopération au sein d’un domaine émergent d’expertise et de mémoire, Olivier Vanhée, Centre Max Weber, ENS de Lyon, Université Lyon 2

L’éditorialisation comme nouveau paradigme de coproduction du savoir. L’Inducks entre amateurs et professionnels de la bande dessinée Disney, Irene De Togni, Laboratoire DICEN-IDF, Université Paris Nanterre

Quand le service public audiovisuel investit Facebook : enjeux de participation sur Culture PrimeLucie Alexis, Laboratoire CARISM, Université Paris 2 Panthéon-Assas, Institut Français de Presse

La plateforme numérique Kindle Direct Publishing : Amazon est-il un nouvel acteur culturel ?, Stéphanie Parmentier, Laboratoire TELEM, Université Bordeaux-Montaigne

 

17h30
Clôture – Échange avec la salle

 

Comment fabriquons-nous nos territoires ?

Dispositifs du visible et de l’invisible dans la fabrique des territoires. Sous la direction de Cécile Tardy et Marta Severo.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=66395

 

  • Date de publication : 16 juillet 2020
  • Broché – format : 15,5 x 24 cm • 226 pages
  • ISBN : 978-2-343-19303-8

 

Comment fabriquons-nous nos territoires ? Que ce soit les discours, les écritures médiatiques, la visualisation cartographique ou l’analyse de données, ces dispositifs de mise en visibilités contribuent à la définition et à la production de nos quartiers, de nos lieux de socialisation et de nos activités dans l’espace public. Cet ouvrage aborde des processus sociaux de territorialisation par lesquels les sociétés, les collectifs, les acteurs donnent du sens à leur espace de vie et le redéfinissent. Il montre la manière dont s’engagent et se confrontent différentes représentations, par exemple autour des jeunes et des médias d’information, de l’inclusion numérique, de la mutation d’un quartier, de la gestion de crise, de ce qui fait mémoire et patrimoine.

Dans la partie mémoire et patrimoine, ma contribution à cet ouvrage collectif :

Scopsi, C. Mémoires des amateurs en ligne : nouvelle mise en scène du patrimoine local

 

D’une épidémie, l’autre.

L’épidémie de SIDA occultée en Afrique centrale pendant la décennie 1980.L’évidence scientifique à l’épreuve de la politique.

Une anthropologie de l’alerte scientifique en contexte de crise sanitaire

Par une troublante coïncidence, sort, au début de mars, ce témoignage qui nous renvoie au tout début des années 1980, quand un virus inconnu tue implacablement ceux qu’il affecte. Quatre groupes de populations, désignés comme les 4H, sont considérés comme « prédisposés » : les Homosexuels, les Hémophiles, les Héroïnomanes et les Haïtiens. En 1983 deux équipes de recherche de Kigali (Rwanda) et Kinshasa (République Démocratique du Congo) constatent qu’en Afrique Centrale, hommes, femmes et enfants meurent aussi de cette épidémie. Ils formulent l’hypothèse d’une transmission hétérosexuelle et par l’allaitement maternel et bousculent la doxa occidentale qui veut que le VIH/Sida implique principalement les homosexuels à partenaires multiples.

Quatre chercheurs de ces équipes se souviennent des dix années qui suivront la publication de leur premier article. Ils sont Belges, Rwandais et Français, sociologue, microbiologistes et pédiatre, travaillent en réseaux pluridisciplinaires et se retrouvent lanceurs d’alerte. Pendant que l’épidémie s’étend en Afrique Centrale et de l’Est où elle touche des millions de personnes, devenant la première cause de mortalité des adultes, ils affrontent l’indifférence du mandarinat, l’hostilité des gouvernements, la résistance de la population, l’obstacle des croyances et des rumeurs, l’horreur du Génocide rwandais et leur propre peur de la contamination.

Ce récit des années de désespoir et de lutte, simple et sensible est à mettre entre les mains de tous les chercheurs jeunes et moins jeunes. Il nous rappelle que malgré la routine des « publis », des études de data et des questionnaires, la recherche peut être un sport de combat. Il montre l’importance de l’interdisciplinarité pour recueillir des données fiables (l’implication de Michel Caraël, le socio-anthropologue, dans l’élaboration de questionnaires sur les pratiques sexuelles dans le respect des spécificités culturelles, est impressionnante). Enfin il nous dit que face aux grands fléaux sanitaires, il n’y a plus de sciences dures. Il n’y a que des sciences humaines.

 

L’épidémie de SIDA occultée en Afrique centrale pendant la décennie 1980.L’évidence scientifique à l’épreuve de la politique. Michel Caraël, Philippe Van de Perre, Etienne Karita, Philippe Lepage, préface de Françoise Barré-Sinoussi (Prix Nobel de Médecine 2008). L’Harmattan, mars 2020, 224 pages.

 

Version numérique  16,99 euros.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65394